LA FORCE D'UNE FEMME DANS UN SERVICE TECHNIQUE

Ils venaient tout juste de commencer à rénover l'accueil du siège de Sika à Zurich quand je suis arrivée pour débuter mon premier jour de stage.

Le directeur du marketing et de la technologie était là pour m'accueillir ainsi que deux autres nouveaux arrivants.

Avant de vous en dire plus sur mon premier jour chez Sika, je voudrais vous expliquer comment j'en suis venue à connaitre l'entreprise. J'étudiais la chimie industrielle à l'université de Zurich et je devais réaliser dans le cadre de mes études un stage de courte durée dans une structure industrielle.

Au cours de mes recherches pour trouver un stage, je me suis inscrite à la journée des sciences naturelles 2010.Sika était l'une des entreprises participantes. J'ai été extrêmement impressionnée par la forme distinctive du logo de l’entreprise, mais aussi par sa large gamme de produits et sa grande expérience dans les adjuvants pour béton. J’ai pu avoir mon premier entretien avec le directeur des ressources humaines qui m'a encouragé à postuler.

Pour en revenir à mon premier jour de stage, j'ai été présentée au personnel, puis j'ai pris connaissance des différents systèmes et méthodes de travail de l'entreprise. Pendant la durée de mon stage, j’ai pu réaliser une enquête clientèle pour le marché de l'industrie.
Comme j'ai vraiment apprécié de travailler pour Sika, ils m’ont invité à prolonger mon stage ce qui m'a donné l'occasion de compléter mes connaissances dans les différentes gammes de produits de la société.

J'ai énormément appris sur la façon dont la société est structurée et j'ai eu la chance de rencontrer les principaux clients de l’entreprise, mais aussi de visiter les installations de production situées à Zurich ainsi que Sika Sarnafil AG à Sarnen. J'ai également été en mesure de participer aux tests des produits.

A la fin de mes études, j'ai décidé de postuler chez Sika. Après plusieurs entretiens, l'entreprise m'a offert un poste de conseillère technique dans le domaine des revêtements de sols et parquets. J'ai débuté à ce nouveau poste le 4 janvier 2013.

Durant les vacances de Noël, j'ai commencé à assimiler les fiches techniques de certains produits tout en essayant de les répertorier. J'ai pu étudier, en plus grande profondeur et me familiariser avec les produits Sika au cours des huit semaines qui ont suivi. Accompagnée de mon prédécesseur, j'ai visité plusieurs clients. Grâce à ce soutien, je me sentais de plus en plus en confiance et quelques semaines plus tard, j'étais très motivée et capable de reprendre les rênes.

Le premiers mois m'ont demandé beaucoup de travail. Rencontrer de nouveaux collègues, essayer de mémoriser une grande quantité d'informations techniques, bien gérer la clientèle, tout cela me mettait en état de stress. C'était comme de sauter dans un train en marche, j'avais à peine le temps de penser et de me détendre.

Le 28 février 2013 j'ai récupéré le téléphone cellulaire de mon prédécesseur. C'est alors que j'ai commencé à gérer les clients et faire face à toutes sortes de demandes. Mes échanges avec les clients se sont révélés très positifs, même si j'ai dû prouver mes compétences, du moins au début.

J'AIMERAIS VOIR PLUS DE FEMMES SUR LE TERRAIN

Aujourd'hui, ils savent que je suis en mesure de leur fournir des réponses convaincantes et ils ont confiance dans mes conseils et mes recommandations. Cela me confère une très grande responsabilité et en même temps c’est beaucoup de pression.

Pression soulagée par l'assurance d'une contre-expertise de la part de mes collègues ingénieurs produits qui valident mes choix. Je peux évidement consulter mon responsable en cas de problème, notamment si le projet d'un client est complexe et les recommandations à mettre en place délicates.

Ce travail d’équipe m’aide et me sécurise, ce qui stimule ma confiance en moi. Je me souviens très bien de mes premiers pas où je cherchais seule dans mes notes, mes fichiers ou mes brochures, avec la peur de donner une réponse incorrecte ou d’oublier quelque chose.

Je sais aujourd’hui répondre à la plupart des questions de façon immédiate, et si ce n’est pas le cas, je peux compter sur mes collègues. C'est l'avantage de travailler pour un grand groupe.

Aujourd’hui mon travail de conseillère technique continue à me fournir beaucoup de satisfaction, mais aussi de défis excitants à relever. J’aime communiquer avec de nouveaux clients et utiliser les techniques de vente et les différents outils que j’ai mis en place. Mon plus grand défi est de maintenir une vue d'ensemble, d'assurer le suivi de tous les projets et, bien sûr, de définir mes propres stratégies afin de progresser efficacement.

Je suis maintenant convaincue d’avoir fait le bon choix en prenant ce poste. J’ai appris tant de choses en si peu de temps, des connaissances d'ordre techniques mais aussi sociales, la capacité de travailler dans l’inattendu, sous tension mais sans perdre mon calme, ce qui me permet d'atteindre rapidement mes objectifs.

Le travail de conseiller technique exige une certaine souplesse. Aucun jour ne se ressemble et MON emploi du temps n'est jamais le même. C'est l'un des aspects positifs de cette fonction car personnellement je n'aime pas travailler de 9h à 17h dans un bureau.

J'aimerais voir plus de femmes travailler dans le domaine de la vente. Elles n'ont pas à craindre de ne pas être respectées et acceptées dans un univers dominé par les hommes, du moins dans mon domaine de produits. Je dirais même qu'une fois que la confiance est installée, il y a un certain avantage à être une femme.

Les six derniers mois de ma vie professionnelle ont été intenses, car je travaillais tout en préparant un examen oral pour l'obtention de mon diplôme. En conclusion, je peux dire que je suis épanouie aujourd’hui dans mon nouveau travail.