Succès du Saint-Gothard (1910 – 1920).

Les premiers temps : travail d’expérimentation, débuts difficiles et le succès du Saint-Gothard (1910 – 1920).

En 1910, les premières inventions de Kaspar Winckler sont un additif hydrofuge pour mortier (“Sika”), ainsi que des agents de protection et de nettoyage du granit (« Conservado », « Purigo »).

En 1911, il inscrit son entreprise, Kaspar Winkler & Co, au registre du commerce. Associé à un chimiste, il tente de commercialiser ses produits. Les premières années se révèlent extrêmement difficiles, et l’entreprise est en déficit, en particulier pendant la première guerre mondiale. La situation ne s’arrange pas avant 1917, et l’entreprise ne connaîtra le succès qu’en 1918 lorsque la société des chemins de fer suisses testera un produit Sika pour réaliser l’étanchéité des tunnels du Saint-Gothard

L’expansion à l’étranger (1920 – 1935)

Les produits de la société Kaspar Winkler & Co avaient sans aucun doute un potentiel au-delà de la Suisse, mais dépasser la simple exportation était une entreprise difficile. Une première tentative, consistant à vendre des licences au niveau mondial, échoue. La seconde réussit : en 1921, une filiale avec sa propre unité de production est créée dans le sud de l’Allemagne.

Mais les moyens sont encore insuffisants pour mettre en place une expansion volontariste. Un Directeur des opérations à l’étranger est embauché. Il crée entre 1926 et 1928 des filiales en Angleterre, en Italie et en France et prend part à leurs opérations.

En 1928, le gendre de Kaspar Winkler, Fritz Schenker, rejoint le comité exécutif de l’entreprise. Il démontre à son beau-père que les accords passés avec le Directeur des opérations à l’étranger ne sont pas très avantageux. Par ailleurs, ils sont construits de telle manière qu’ils rendent toute séparation impossible. Le litige entre les deux parties dure trois ans, au terme desquelles le Directeur des opérations à l’étranger obtient la propriété des filiales allemandes et italiennes, ainsi que des droits sur la marque dans plusieurs autres pays européens.

Le marché européen est désormais partagé mais Fritz Schenker demeure résolu à poursuivre l’expansion mondiale.Dans les années 30, Sika est présent en Europe, en Amérique du Nord et du Sud et en Asie (Japon).