La guerre et le boom économique (1935 – 1970)

Durant la seconde guerre mondiale, les filiales Sika continuent à produire dans tous les pays où elles sont présentes. Elles sont ainsi à l’origine d’adjuvants pour la construction de bunkers en Suisse et dans les zones d’occupation allemande mais aussi des navires en béton, utilisés par les alliés pour le transport du matériel de guerre et qui participent au débarquement de Normandie.

Durant le boom économique des années 50 et 60, de nouvelles filiales sont créées, de la Suède à Cuba. Un second changement de génération s’annonce en Suisse avec l’entrée de Romuald Burkard dans l’entreprise. Entre son arrivée en 1953 et le décès de son beau-père Fritz Schenker en 1971, Romuald Burkard prend progressivement la direction des différentes entreprises qui s’organisent en Groupe dès 1968, avec Sika Finanz AG.

Cependant, lors de la surchauffe de l’économie à la fin des années 60, Sika doit faire face à une crise sérieuse : la nouvelle usine de Düdingen connaît de grosses difficultés lors de sa mise en service et dépasse les budgets prévus ; les coûts d’exploitation de plusieurs entreprises de construction ne sont pas optimisés ; en Allemagne et en Scandinavie des réclamations obscurcissent l’horizon. La situation est menaçante : Sika évite de justesse l’insolvabilité.