Apparue sur le marché il y a une vingtaine d’années, la chape fluide est la plupart du temps fabriquée en centrale à béton de manière industrielle, et livrée prête à l’emploi sur le chantier.  Elle s’applique à l’intérieur des bâtiments, avant la pose d’un revêtement final. Autonivelante, elle se met en place sous l‘action de la gravité, et n’a donc pas besoin d’être tirée à la règle.


Le coulage d’une chape fluide depuis le camion-toupie à l’aide d’une pompe à chape est beaucoup plus rapide et moins pénible que la réalisation d’une chape traditionnelle. Il permet également d’obtenir une surface parfaitement plane, ce qui permet d’éviter des ponçages trop importants ou d’avoir à réaliser un ragréage avant la pose du revêtement. Tous ces avantages font de la chape fluide un procédé plus économique que la chape traditionnelle.

Des sols plus fins

Les chapes fluides présentent des résistances mécaniques plus élevées que les chapes traditionnelles, et leur fabrication industrielle permet de garantir des performances régulières et contrôlées. Alors que l’épaisseur minimale d’une chape traditionnelle est de 5 cm, les chapes fluides peuvent dans certains cas être coulées sur 3 cm seulement.
A cela s’ajoute le fait qu’il n’est pas nécessaire d’appliquer de mortier de ragréage avant la pose du revêtement de sol (excepté pour les sols souples).
Cette réduction d’épaisseur permet d’alléger les charges appliquées aux structures porteuses et/ou d’intégrer des isolants, des planchers chauffants sans trop réduire l’espace habitable. Une chape moins épaisse offre également l’avantage de sécher plus rapidement.

Une planéité parfaite

Les chapes sont destinées à être recouvertes. Or tous les revêtements de sol, et en particulier les grands carreaux de carrelage, ont besoin d’une planéité du support aussi parfaite que possible pour ne pas présenter de défauts d’aspect et durer dans le temps. Cette planéité est beaucoup plus difficile à obtenir avec une chape traditionnelle qu’avec une chape fluide. En effet, la chape traditionnelle présente une consistance de « terre humide » et nécessite donc une action manuelle importante (le tirage à la règle) pour être uniformément répartie sur toute la surface à recouvrir. A contrario, la chape fluide se comporte comme un liquide ; elle s’étale sous son propre poids et se répartit de manière homogène. Une fois en place, sa surface est parfaitement plane et horizontale.
Les chapes fluides permettent également de limiter le nombre de joints de fractionnement, ce qui est avantageux notamment pour les grands carreaux de carrelage.

Une meilleure isolation

La pose d’isolant sous chape est un bon moyen d’éviter les déperditions de chaleur par le sol notamment lorsqu’il est situé sur un terre-plein, un vide sanitaire, ou au-dessus d’un sous-sol. Les panneaux isolants (PU, laine de verre, polystyrène expansé) installés sous la chape contribuent par leur nature à une meilleure isolation acoustique, mais peuvent être complétés par des produits spécialement dédiés à ces problématiques.
Plus efficace encore, la pose de planchers chauffants est une technique qui se développe de plus en plus pour répondre aux exigences de la réglementation thermique RT 2012 et permettre la réalisation de bâtiments basse consommation (BBC). Ils offrent en effet un meilleur rendement et un meilleur confort que les sources ponctuelles de chaleur comme les radiateurs en diffusant une température homogène dans toute la pièce.
Les chapes appliquées sur des isolants ou des planchers chauffants sont appelées chapes flottantes. Si dans la pratique la quasi totalité des mortiers de chape peuvent être utilisés pour réaliser une chape flottante, les chapes fluides offrent des avantages de mise en oeuvre incontestables dans ce type d’application. Ce sont également elles qui permettent aux planchers chauffants de fournir le meilleur rendement.

Tous supports

Les chapes fluides sont des procédés encadrés par des DTA (documents techniques d’application délivrés par le CSTB). C’est dans ces documents que l’on trouvera la nature des supports sur lesquels elles peuvent être appliquées. En pratique, les chapes fluides s’adaptent à quasiment tous les supports rencontrés en construction neuve ou en rénovation ; toutefois, et comme pour les chapes traditionnelles, les précautions de mise en oeuvre varient d’un support à l’autre et doivent être scrupuleusement respectées. La capacité portante des supports doit notamment toujours être vérifiée et prendre en compte à la fois le poids du ravoirage éventuel, celui de la chape et celui du revêtement (colle comprise). Les chapes fluides autonivelantes Sika s’appliquent sur les supports suivants :
 Supports en maçonnerie,Planchers béton,Dallages sur terre-plein,Supports en bois ou en panneaux dérivés du bois,Chapes asphaltes,Anciens revêtements non compressibles tels que les carrelages, dalles thermoplastiques ou le PVC homogène,Mortiers de ravoirage,Films polyane (pose désolidarisée),Isolants (pose flottante).

Workers pouring concrete from truck for concrete slab flooring with fibers
Concrete slab on grade floor in warehouse with SikaFiber fibers
Man walking in corridor office building on grey Sika ComfortFloor concrete walls at Limmat building in Zurich

Rendez-vous sur notre site dédié