RECONNECTÉ

Quatre étudiants de l'ETH de Zurich aident les villageois kenyans du mieux qu'ils peuvent. Soutenus par la population locale, ils mettent à profit leur expertise en génie civil pour édifier des ponts dans divers villages. Saisissant l’occasion de soutenir un de leur projet, Sika Sarnafil a fourni les membranes qui protègent l'ossature en bois des ponts contre l'humidité.

BÉNÉVOLES, NOS QUATRE ÉTUDIANTS ONT PAYÉ LEUR BILLET D'AVION

"Pouvez-vous nous procurer des membranes Sarnafil TPO à Nairobi ?" C'était la question posée à Sika par Didier en août 2013. Didier est étudiant en maîtrise de génie civil à l'EPF de Zurich (Institut fédéral suisse de technologie) et il est membre de l’Econosphère projets, une organisation qui s'efforce de couvrir une partie des besoins de base des communautés au Kenya.

La rivière Olkuroto sépare les villages de Talek et Aitong. Pendant la saison des pluies, le courant se transforme en un torrent furieux qu’il est impossible de traverser, interdisant aux différentes communautés l’accès au marché, aux écoles et aux soins médicaux.

La solution proposée par Econosphère projets comprend la construction d'une passerelle qui relie de façon permanente les villages entre eux. Le concept est basé sur la thèse de Didier et de deux de ses camarades de classe. Après un long processus de planification du projet, nos étudiants se sont engagés en septembre dans la construction de ce nouveau pont.

Leur travail est entièrement bénévole, ils ont même payé leurs billets d’avion avec leurs propres deniers.

Une fois les matériaux nécessaires obtenus à Nairobi, ils ont rejoint après un long voyage le village de Maasai Mara et la construction du pont a commencé dès le lendemain. La première étape a consisté à créer les fondations du pont en béton pour la charpente. La solution la plus simple était d’assembler l'intégralité du pont sur la terre ferme, puis de le positionner grâce à une grue, mais faute de grue à proximité, l'équipe a dû improviser. Le pont a été dûment assemblé sur un terrain en petites sections, qui ont ensuite été installées pièce par pièce.

Les villageois ont éprouvé un vif intérêt pour ce projet et ils ont assisté de tout coeur nos étudiants en leur prêtant main forte. Cette implication des habitants est très importante car elle est parfaitement conforme aux objectifs de l'organisation qui vise à promouvoir le transfert de connaissances vers les communautés locales.

Une fois la structure en bois en place, venait le moment d’installer la membrane Sarnafil TPO (polyoléfine thermoplastique). Or ces membranes ne sont pas encore disponibles dans la toute récente société Sika au Kenya. Du coup, Sika Suisse a offert les matériaux indispensables à la construction du pont et a pris en charge leur expédition vers Maasai Mara, heureux de soutenir des projets durables de ce genre.

Les membranes d'étanchéité Sika Sarnafil protègent aujourd’hui le pont en bois, construit pour réunir les gens et les communautés. Un grand merci à l'engagement indéfectible des ingénieurs civils en herbe et au soutien immuable des villageois Massaï. La passerelle a été achevée en trois semaines seulement.

Retrouvez toutes les infos sur la construction du pont dans le blog : http://footbridge-olkuroto.blogspot.ch
Pour en savoir plus sur l’organisation et des activités Econosphère projets, visitez le site Web : http://www.econosphereprojects.org/index.html