Sika et la chimie

Sika repousse les limites de la chimie dans la construction (1970 – 1980)

En rationalisant les structures de direction et en regroupant toutes les filiales sous le management unique de Sika Finanz AG, il est possible d’éviter la vente de parts à une grande entreprise de la chimie ou de la construction. La famille Burkard-Schenker conserve alors –et aujourd’hui encore- la majorité des parts de l’entreprise.

La direction opérationnelle est transférée à des managers qui n’appartiennent plus à la famille. La décennie 70 n’est pas une période heureuse. Au prix d’énormes efforts, Sika triomphe à la fois de ses problèmes internes et des difficultés résultant d’une récession sévère de 1973 à 1976. Mais les années de crise renforcent l’ « esprit Sika ».

Cet élément fédérateur, qui existe encore aujourd’hui, s’est forgé durant cette période. Il symbolise la solidarité et l’optimisme des collaborateurs vis-à-vis du futur de l’entreprise. A titre d’exemple, les employés de Sika Suisse avaient même accepté de réduire leurs salaires pendant la crise, et jusqu’à ce que l’entreprise se remette dans la seconde moitié de la décennie. Un produit inventé en 1968 mais qui ne représente jusqu’ici qu’une part modeste du chiffre d’affaires devient un best-seller : le Sikaflex, colle-mastic polyuréthanne monocomposant.

Gestion de la crise et stagnation (1980 – 1990)

Avec sa colle-mastic polyvalente Sikaflex, Sika s’ouvre à un nouveau domaine d’activité dans les années 80 : la construction automobile. Ce faisant, Sika se détache d’une mono activité dans la chimie de la construction. La diversification comme l’expansion mondiale ont pour objectif d’accroître la résistance de l’entreprise aux cycles économiques. Avec l’acquisition en 1982 de Lechler Chemie à Stuttgart, l’effectif de Sika passe de 3000 à 4000 employés.

Les bases sont posées pour développer conjointement le marché allemand. Toutefois cette intégration risquée nécessitera plusieurs années avant que l’entreprise ne reprenne le chemin de la croissance. Dans la seconde moitié de la décennie, la plupart des pays industrialisés connaissent un boom économique. Sika en profitera également et atteindra le seuil du milliard de francs suisses de chiffre d’affaires en 1989.